CR DU CONSEIL D’ÉTABLISSEMENT n.1 2017-2018
du 21.11.17

Présents avec droit de vote :
Représentants de l’administration : M. CHEFDOR, Chef d’établissement, M. SAYAR, COCAC de l’Ambassade de France, , Mme HOTONNIER, Assistante de direction, Mme CORNEC, Vie scolaire.
Représentants de l’équipe enseignante : Mme LEGAIGNOUX, Coordinatrice Primaire et professeur de PS/MS, Mme LISCIA, Professeur de CE2, Mme DUTHER, Professeur de SVT/EPS, Mme CAPOIS, ASEM.
Représentants des parents et élèves : Mme ARICKS, maternelle, M. RIBES, élémentaire, Mme BROSED, Collège, M. SALOMÉ, élèves.
Présents avec voix consultative :
Mme LANGRES, Présidente du Comité de gestion.
Excusés : M. Prystasz, Consul honoraire (voix consultative).

Présentation des différents intervenants.
Mme LISCIA est désignée secrétaire de séance.
.
1. Organisation interne du Conseil d’établissement
 rôle du conseil d’établissement et des élus

Le conseil d’établissement est l’organe principal qui règle les affaires de l’établissement.
Il est compétent pour le premier et le second degré.
Les établissements homologués, ayant passé un accord de partenariat avec l’Agence, sont invités à s’inspirer de ce texte de référence (circulaire de l’AEFE Organisation et fonctionnement des instances des établissements d’enseignement français à l’étranger relevant de l’AEFE n.1548 du 20 juillet 2017) pour la mise en place et le fonctionnement de leurs instances propres.
Le premier Conseil d’établissement de l’année aura lieu le mardi 21 novembre à 14h15.

 communication entre les élus au Conseil d’école et les parents
Les représentants de parents d’élèves font le lien entre les familles dont ils sont les représentants. Ils peuvent recourir au secrétariat pour un envoi aux familles car représentent leurs pairs.
Les CR seront systématiquement publiés sur le site web de l’école (+ lien actif newsletter, laquelle apparaîtra dans espace personnel site web) qui doit redevenir l’outil d’information de référence. L’objectif est d’éviter de recourir aux courriers électroniques pour ne pas engorger les boîtes mail des familles.

2. Nouveautés 2017 – L’école de la Confiance
A l’école
 Adapter les rythmes scolaires
M. CHEFDOR rappelle le diagnostic du Projet Etablissement : Journée trop longue pour les plus petits.
Le Conseil d’école a validé la réflexion sur les rythmes scolaires. Le prochain Conseil d’École devra valider les propositions de l’équipe pédagogique. Parmi les éléments de réflexion :
– Avant tout chose de faire une enquête auprès des familles
– Veiller à une harmonisation des horaires pour les familles (déjà beaucoup de différences entre maternelle, primaire et Secondaire)
– Éventuellement faire entrer les élèves plus tard : 8h30
– Faire déjeuner les élèves plus tôt
– Demander un avis à l’IEN zone (plusieurs visites prévues en mars EMFE, M Seweryn (cf calendrier joint).
Les stages de remises à niveau évoluent en stages de réussite, principalement à destination des élèves de CM2.
Les élèves de cours moyen, notamment les élèves en classe de CM2, qui en ont besoin peuvent participer à des stages de remise à niveau.
Ces stages sont organisés pendant les vacances scolaires : une semaine pendant les vacances de printemps, la première semaine de juillet ou la dernière semaine des vacances d’été.
Les stages se déroulent en groupes restreints d’élèves, sur trois heures quotidiennes, pendant cinq jours, et ciblent les apprentissages en français et en mathématiques. Ils sont animés par des enseignants volontaires, qui sont rémunérés en heures supplémentaires.
Ces stages, qui se déroulent jusqu’à présent le plus souvent dans les écoles élémentaires, peuvent dorénavant utilement être organisés dans les collèges notamment durant les sessions d’été.
Au collège
 Aménager la réforme du collège
M. CHEFDOR rappelle que la réforme du collège est loin de faire l’unanimité. L’aménagement proposé en cette rentrée a pour objectif de donner davantage de liberté aux équipes pédagogiques pour s’adapter aux besoins des élèves et développer des projets pédagogiques spécifiques aux établissements.
Plurilinguisme. Depuis la rentrée 2017, les collèges peuvent proposer aux élèves des enseignements facultatifs en langues et cultures de l’Antiquité, langues et cultures européennes, ils peuvent également, offrir une deuxième langue vivante étrangère en classe de sixième, ce qui permet de rétablir les classes bi langues.
M. CHEFDOR évoque le caractère précurseur sur ce point des établissements français à l’étranger. L’École Française est déjà bilingue. L’objectif serait même d’avoir des classes trilingues avec un dispositif EMILE en Primaire suivi d’un dispositif DNL en Secondaire.
La visite prévue des EMMCP2 les 9 et 10 janvier permettra de travailler là-dessus pour renforcer l’anglais, parent pauvre de cette école. M. CHEFDOR rappelle la vocation internationale des écoles françaises dans un contexte concurrentiel.
En ce qui concerne les EPI, ils sont désormais ouverts dès la 6e et les 8 thématiques précédemment fixées disparaissent pour laisser plus de liberté aux équipes pédagogiques. Le seul impératif est qu’un élève ait suivi au moins un EPI sur l’ensemble de sa scolarité au collège et ait bénéficié d’un accompagnement personnalisé au cours du cycle 4.
Dispositif Devoirs Faits . Il était déjà en place : obligatoire en début d’année, il se fait maintenant selon le choix des parents d’élèves, des élèves eux-mêmes ou des professeurs afin de pouvoir se concentrer sur les élèves les plus en difficulté, avec l’engagement de l’élève à suivre cette aide aux devoirs jusqu’à la fin du trimestre.
Revalorisation des langues anciennes
M. CHEFDOR rappelle que la suppression en France, de manière verticale, de l’enseignement du latin comme langue à part entière a été loin de faire l’unanimité. On a prétendu un peu rapidement que ces enseignements excluaient une partie des élèves alors qu’ils permettaient aussi de rendre plus attractifs les collèges. Il rappelle le bénéfice pour les élèves que représente cette discipline centrale dans la formation de l’individu, formatrice à la fois en langue, en grammaire, en histoire, en éducation civique et propose qu’à la rentrée 2018, le collège puisse proposer une initiation au latin en 5e (1h) et jusqu’à 3h en 4e et 3e pour les élèves qui le souhaitent.
Mme LANGRES demande qui serait chargé de cet enseignement. M. CHEFDOR propose de s’en charger lui-même.
Cette proposition est adoptée.
 Développer la culture de l’évaluation
M. CHEFDOR renvoie à la conférence de presse de rentrée du nouveau ministre BLANQUER, selon lequel la culture de l’évaluation est la condition des progrès des systèmes éducatifs : l’évaluation des acquis des élèves se fait tout au long de leur parcours pour apporter des réponses mieux adaptées à leurs besoins.
De même que qu’il convient d’évaluer les élèves à chaque cycle (évaluations nationales), M. CHEFDOR souhaite mettre en place des bulletins de mi-trimestre afin d’assurer une meilleure communication des résultats aux familles (le logiciel SACADO ne peut toujours pas être mis en service en raison de dysfonctionnements techniques et la réception du bulletin permet à l’élève de prendre conscience de manière formelle de ses résultats) et pouvoir prendre en charge la remédiation des élèves à besoins particuliers. Il rappelle qu’au collège, toutes classes confondues, le taux encadrement de 1 professeur pour 5 élèves qui implique un effort particulier dans la différenciation de la part de l’équipe pédagogique et que plusieurs dispositifs peuvent être mis en place : PPRE, PPREL, PAP, PPS.
M. CHEFDOR évoque l’évaluation nationale de 6e dont il reste en attente de la mise en ligne.
 Le Livret Scolaire Unique
L’équipe pédagogique doit avancer sur un LSU qui serait valable pour toute la scolarité. M. CHEFDOR met en valeur le travail réalisé en cycle 1 et note qu’aucun modèle de LSU n’a été mis en ligne et qu’il faut que chaque établissement travaille sur ce point. L’établissement doit évoluer également pour parvenir à une harmonisation des pratiques entre l’école et le collège, en particulier sur l’évaluation par compétences. Les visites d’EEMCP2 sont prévues pour travailler sur ce point car il y a encore du retard au collège sur ce type d’évaluations. De même, il convient de travailler une approche bienveillante de l’évaluation, en particulier au collège.

3. Priorités de l’établissement en 2017/ 2018
 Augmentation des effectifs
M. CHEFDOR rappelle que l’école doit poursuivre sa croissance, notamment par le biais d’une campagne de publicité car il constate que les nouveaux tarifs ne sont pas toujours connus de familles pourtant implantées ici depuis longtemps.

 Renforcement du FLE pour les élèves allophones
V. GANTOU a mis en place le dispositif d’accompagnement FLE. À partir de la rentrée des vacances de la Toussaint, le PPREL est étendu aux élèves du Collège (4 élèves concernés pour le moment).

 Accréditation de l’établissement par le ministère dominicain
M. CHEFDOR a rencontré le 31 octobre le Vice-Ministre de l’Education (MINERD), M. de Léon. L’Ambassade va solliciter un rdv avec les représentants de la zone pour la constitution du PEC, démarche nécessaire pour la reconnaissance du « programme pédagogique expérimental » de notre École par les autorités dominicaines.
L’école a reçu la visite la semaine passée du district de Sanchez pour constitution du PEC.
M. SAYAR évoque également la visite du Président Dominicain en France début décembre qui pourrait également être favorable aux démarches de reconnaissance de l’école.

 Entrer dans l’ère du numérique : développement du numérique dans les pratiques pédagogiques
M. CHEFDOR explique qu’actuellement toutes les salles de classes sont en cours d’équipement de vidéoprojecteurs. Il salue le remarquable travail sur les Padlets réalisés par les enseignantes et déplore que le logiciel gratuit Sacado ne soit toujours pas en fonctionnement. Comme tout logiciel expérimental, il nécessite quelques ajustements. Les codes devraient être communiqués très prochainement.

 Poursuivre la professionnalisation des enseignants
M. CHEFDOR constate l’important turn-over au sein de l’équipe. Deux enseignants de primaire et trois de secondaire ont déjà annoncé qu’ils quittaient l’équipe l’an prochain.
Au moins un titulaire sera maintenu par section l’année prochaine : en maternelle, en élémentaire, et en secondaire.
Sept demandes de formateurs EEMCP2 ont été effectuées pour l’année. Trois ont été obtenues en Mathématiques/Anglais (formateurs de Haïti) pour travailler sur la pédagogie inversée, les dispositifs EMILE et DNL les 8 et 9 janvier ainsi qu’en EPS (Visite conseil, travail sur le parcours santé et préconisations sur les installations sportives). Cette visite sera ultérieure car elle doit être validée par le Chef d’établissement de Caracas.
Les étudiantes de l’ESPE de Lyon seront à Las Terrenas du 19 février au 16 mars et les enseignantes déchargées de cours pendant la semaine du 12 au 16 mars bénéficieront de l’intervention de l’EEMFE de Saint Domingue Rodolphe VIARDET les 12 et 13 mars pendant la « semaine du mouvement ». Il pourra revenir sur le travail engagé autour de la pédagogie inversée, le parcours santé et la rédaction du projet d’établissement et prodiguera ses conseil au sujet du LSU.
Enfin, l’IEN Bruno SEWERYN sera en nos murs a priori le 19 mars et visitera en priorité les titulaires.

 Refondation site internet
M. CHEFDOR évoque la reprise en main du site web qui doit être l’outil privilégié de référence pour toutes les informations. Le facebook, la newsletter et les mails doivent systématiquement pointer vers le web. M. CHEFDOR en profite pour saluer le remarquable travail de M. RENARD, notre webmaster. M. CASSAR qui vient de rejoindre l’équipe aura quant à lui la charge de la partie rédactionnelle car bon nombre d’articles méritent une refonte.
Une newsletter permettant l’information des familles et le désengorgement des boîtes mails est envoyée à raison d’une fois par mois.

 Rédaction du nouveau projet d’établissement 2017-2020
M. CHEFDOR rappelle que le dernier projet date de 2012. Il avait été amendé par M. ARTIGNAN, et nécessite désormais un travail en profondeur.
Cette année, les professeurs vont travailler sur le projet. Plusieurs demi-journées pédagogiques y ont été consacrées. Les 4 axes retenus sont une déclinaison des axes de la zone :
Axe 1 – Amener les élèves à intégrer une culture partagée comme faisant partie d’un réseau
Axe 2 – Construire des parcours d’excellence par la réussite de tous
Axe 3 – Affirmer une éducation plurilingue et pluriculturelle
Axe 4 – Promouvoir et renforcer la culture scientifique

 Mobilisation pour le livre et la lecture – Projet Silence on lit
M. CHEFDOR évoque ce projet validé par le Conseil d’école, le conseil des délégués primaire et le conseil vie collégienne qui consiste à renforcer la lecture pour toute l’école de 13h50 à 14h05 les lundis et les vendredis à 13h15.

 Parcours Artistique et Culturel
Ce parcours s’inscrit dans le cadre de la revalorisation de la culture à l’école. Le travail sur ce parcours sera une mise en écriture des événements mis en place sur le calendrier (grands moments de la vie de l’établissement).
M. CHEFDOR évoque également l’arrivée de Mme LACHANCE qui assure l’éducation musicale en lien avec Mme HUVELLE depuis cette année.

4. Organisation pédagogique de l’établissement
 Effectifs à la rentrée 2017-2018

Maternelle 31
Elémentaire 77
Collège 43
TOTAL 151

L’effectif total est en légère hausse par rapport à l’an dernier. 32% sont de nationalité non française, 37% sont de nationalité dominicaine. La moyenne d’enfants par classe est de 15 élèves. Le taux d’encadrement en primaire est de 8 élèves pour 1 enseignant. Le taux d’encadrement au collège est de 5 élèves pour 1 enseignant.

 Actualisation du règlement intérieur de l’établissement

M. CHEFDOR procède au vote relatif aux diverses mises à jour.
Les modifications sont adoptées à l’unanimité.

 Modifications du règlement intérieur de l’établissement

M. CHEFDOR évoque le souhait de l’équipe de direction d’adopter un uniforme pour les élèves comme dans la plupart des Écoles Françaises du réseau AEFE, et comme dans toutes les écoles dominicaines. Cette tenue codifiée, serait à la fois le reflet de l’identité de l’école et la garantie d’égalité entre élèves. M. CHEFDOR encourage les élèves à révéler le meilleur d’eux par le biais de leurs réalisations et non en tentant de se distinguer par le vêtement.
Le Conseil d’école a voté à la majorité pour l’adoption de l’uniforme.
Mme LISCIA demande, au nom des enseignants de l’élémentaire, un referendum des élèves sur cette question.
M. CHEFDOR rappelle que ce débat a déjà eu lieu dans les différentes instances. Les CM2 se sont montrés défavorables, les CM1 se sont montrés favorables. Le conseil des délégués du secondaire, après consultation des classes, s’est également montré favorable à l’adoption d’un uniforme. Enfin, il rappelle que le Conseil d’école a voté à la majorité de 11 voix contre 5 pour le port de l’uniforme.
M. RIBES s’interroge sur les modalités de cette prise de décision.
M. CHEFDOR rappelle que la réflexion n’est pas nouvelle à l’école et que les élèves ont pu déjà s’exprimer. Les délégués secondaire se sont prononcés le matin même en Conseil de la vie collégienne pour un uniforme de fibre coton léger (chaleur) avec col type coton avec les 3 couleurs, une par niveau bleu/blanc/rouge en favorisant les couleurs sombre pour les plus petits (salissures).
Fraulin SALOME confirme l’accord des représentants des élèves.
Mme LANGRES revient également sur la réflexion relative au vêtement qui a été initiée depuis longtemps et souligne qu’il s’agit davantage d’un vêtement de l’école qu’un uniforme, terme connoté et qui peut être mal interprété.
M. SAYAR intervient en évoquant la réflexion en cours également au Lycée Français de Saint Domingue à ce sujet.
M. CHEFDOR rappelle au Conseil d’établissement qu’il doit statuer : le Conseil d’école s’est prononcé pour deux couleurs différentes d’uniforme, en gardant la couleur obligatoire blanche pour les grandes occasions.
Il propose de retenir les couleurs proposées par les délégués du secondaire de sorte que les couleurs retenues soient celles de la France et de la République Dominicaine, ce qui aurait du sens symboliquement.
Le Conseil propose que les élèves puissent voter pour les deux couleurs retenues.
Le conseil se prononce également sur le bas du vêtement ainsi que sur les chaussures. Au terme du débat, le paragraphe suivant est adopté :

« Vêtement de l’école
Comme la plupart des écoles françaises du réseau AEFE et à l’instar des écoles dominicaines, notre école requiert pour tous les cours une tenue codifiée, reflet de notre identité et garante d’égalité. L’École Française encourage les élèves à exprimer leur identité et leur personnalité à travers des réalisations et projets de tous ordres, qui donnent à chacun l’assurance et la fierté d’appartenir à une communauté solidaire et unique. C’est pourquoi nous avons choisi une tenue scolaire pour tous.
Cette tenue est constituée :
– d’un polo blanc au logo de l’école dans le cadre des grandes occasions,
– d’un polo ou tee-shirt xxx ou xxx au logo de l’établissement
– d’un pantalon ou bermuda pour les garçons, d’un pantalon ou jupe au genou pour les filles. Les chaussures fermées sont à privilégier. Les sandales de plages ne sont pas autorisées.
– d’une tenue spécifique pour le cours d’Éducation Physique et Sportive (EPS)
Pour les cours d’éducation physique et sportive (EPS), il est obligatoire d’apporter short, baskets et tee-shirt de rechange. Des douches sont à la disposition des élèves.
Le port de la casquette n’est pas permis en classe mais recommandé à l’extérieur »

À la demande des parents, M. CHEFDOR évoque également les modifications relatives aux manquements (système de sanctions graduées dans le carnet de correspondance du collège) ainsi que les compliments, gratification ajoutée aux félicitations et encouragements, pour les élèves dont les résultats pourraient mériter les félicitations à l’exception d’une matière par exemple.

5. Nouveautés à la rentrée
 Renforcement de l’anglais
Il y a eu renforcement de l’anglais avec des cours dès le CP cette année avec Mme CORDAT, titulaire de l’EN. L’an prochain un projet de dispositif EMILE permettrait de donner des cours de mathématiques par exemple en anglais dès le primaire, DNL en secondaire, afin de poursuivre la politique d’accroissement de l’anglais.

 Renforcement de l’offre d’activités périscolaires, ouvertes à tous
Les activités de poterie, tennis, cuisine et peinture sont ouvertes cette année à tous les enfants de Las Terrenas. Néanmoins il y a peu d’enfants venus des autres écoles. Il conviendrait de profiter de l’ouverture des activités aux collégiens pour recommencer notre communication vers l’extérieur car les professeurs font remarquer que les horaires des autres écoles sont plus tardifs que les nôtres.

 Cours de langues pour adultes
M. CHEFDOR évoque les cours proposés aux adultes en français, espagnol et en anglais à des tarifs très compétitifs. Là aussi, la communication mériterait d’être améliorée car le potentiel existe avec les hôtels, banques, assurances, etc.

 Offre culturelle renforcée
L’école souhaite jouer pleinement un rôle de pôle culturel. Elle propose cette année aux familles de s’abonner à Culturethèque, dans le cadre de son partenariat avec l’Alliance Française de Saint Domingue.
Les parents manifestent leur intérêt pour cette offre, très intéressante, à la fois culturellement et financièrement.
De même, des Noche de ciné auront lieu régulièrement. La première s’est tenue le jeudi 13 novembre, autour d’un programme s’adressant la fois aux adultes et aux enfants (Club cinéma).

6. Gestion des personnels
 Formation continue
Le Plan Régional de Formation, auquel notre appartenance au réseau AEFE nous donne accès, coûte 1% patronal soit 10641 pesos pour cette année, pour l’ensemble des personnels). C’est une opportunité de professionnaliser l’équipe enseignante, de lui permettre de se mettre à jour des dernières innovations pédagogiques.
M. CHEFDOR souligne que chaque enseignant bénéficie non seulement de sa formation, mais aussi des formations des autres, à travers la restitution et la mutualisation des expériences. Ce plan de formation existe typiquement pour des structures comme celle de l’école, et en priorité pour la formation des professeurs non titulaires.
Cette année le plan de formation de l’École compte 21 inscrits contre 14 l’an dernier.
Le plan de formation de l’AEFE est un avantage dont l’école doit tirer avantage. C’est aussi un effort non négligeable consenti par notre petite structure qui doit avancer les frais avant le remboursement par l’Etablissement mutualisateur de San Salvador.
Il a été décidé par l’équipe de direction, validé par conseil des maîtres et conseil d’école qu’en primaire les professeurs des autres classes interviendraient à tour de rôle selon un calendrier de remplacement et en liaison avec le professeur stagiaire qui laisse du travail pour sa classe en son absence. Ce principe de remplacement est à la fois de nature à rassurer les élèves (les professeurs qui interviennent sont connus d’eux) et à montrer la cohésion de l’équipe enseignante.

 Arrivées dans l’équipe
M. CHEFDOR évoque l’arrivée dans l’équipe de manière pérenne de Valérie GANTOU, chargée des remplacements ponctuels l’an dernier, elle a en charge le suivi des élèves non allophones.
Patricia LEGAIGNOUX, titulaire de l’Éducation Nationale, qui a longtemps œuvré au sein de l’école travaille de nouveau en son sein et fait également office de coordinatrice du Primaire.
Dans le Secondaire, Guy CASSAR, est nouveau venu en Histoire-géographie, Justine CORDAT enseigne l’anglais. Tous deux sont titulaires de l’Éducation Nationale. Carole San GALLI a également rejoint l’équipe comme professeur de Français.

7. Investissements matériels
 Travaux durant l’été 2017
Mme LANGRES, présidente du Comité de gestion évoque les investissements réalisés pendant les vacances de juillet/août :
– Mur d’enceinte
– Parking
– Séparation de la maternelle
– Refonte de l’administration
L’équipement des salles de vidéoprojecteurs est en cours.
M. CHEFDOR est en contact avec l’école Politecnico pour l’utilisation de leur terrain sur les moments disponibles en attendant de pouvoir réaliser les travaux sur le terrain de sport. Il est également en contact avec la Mairie pour utiliser les tractopelles afin de pousser le tas de gravats dans l’alignement du mur, et permettre ainsi d’accroître la surface utilisable.
Mme LANGRES évoque le nécessaire travail sur la fosse septique car il y a des remontées en maternelle. M. CHEFDOR insiste sur le caractère primordial de ces travaux.
M. CHEFDOR saisit l’occasion pour remercier de leur investissements les membres du Comité de gestion et salue leur travail.

8. Vie de l’établissement
 Calendrier des événements de l’année
M. CHEFDOR souligne le dynamisme de l’école qui tient de l’investissement de ses enseignants. Le calendrier, joint au CR, en témoigne.
M. CHEFDOR se félicite de la constitution, cette année, d’un Comité des fêtes constitué de membres du CG et de parents bénévoles, permettant une bonne coordination entre la partie pédagogique des événements et l’appui des parents à la réalisation de ces événements
Partenariat en vue avec Association AGOA
Projet EPI Litro de Luz Corinne ROUXZIERE.
Gros investissement de la communauté éducative autour du projet Basura Cero.
M. RIBES et les enseignants demandent que l’interdiction du polystyrène soit inscrite dans le règlement intérieur.
Le paragraphe suivant est ajouté :

Ecocitoyenneté
Le polystyrène est rigoureusement interdit dans l’enceinte de l’établissement, en particulier au moment des repas. Afin de limiter au maximum l’utilisation du plastique jetable, les élèves souhaitant important de la nourriture de l’extérieur doivent être munis d’une boîte à goûter.

Les parents proposent également que les déchets triés puissent être récupérés par les personnes qui en vivent sur les décharges. Il conviendrait de pouvoir accueillir ces déchets recyclables une fois par semaine.
Le conseil se prononce favorablement.

9. Projets pédagogiques
 Semaines thématiques
M. CHEFDOR renvoie au calendrier en PJ,.
 Prévention, santé
Mme CORNEC présente les différentes actions prévues selon un calendrier et les niveaux définis l’an dernier.

10. Questions diverses
Cantine
M. CHEFDOR évoque les plaintes relatives à la cantine et la Commission restauration qui a été réunie lundi 20 pour améliorer l’offre. Il précise que le prix a été revu à la baisse à compter du lundi 20 à 175 pesos pour une formule plat/dessert.
CNED
M. CHEFDOR évoque la problématique du cycle terminal. À compter de la Seconde, les élèves de Las Terrenas se trouvent dans l’obligation d’intégrer le LF de St Domingue, faute d’offre alternative. Or, à ce jour, aucune baisse de droits d’inscription n’a été consentie par le LFSD pour les élèves du même réseau du pays, alors même que le niveau de salaire des familles de Las Terrenas est bien inférieur à celui des familles de la capitale. De surcroît, rien n’existe et rien n’est mis en place par le LFSD (système de pensionnat par exemple) pour accueillir les enfants de Las Terrenas dans des conditions sécurisantes pour les familles. Plusieurs témoignages font état d’enfants parfois livrés à eux-mêmes dans des pensions mercantiles.
L’AG des parents d’élèves a été l’occasion de soulever le problème et de proposer une solution alternative au sein de l’école : un centre de Devoirs CNED où des professionnels de l’éducation pourraient à la fois revenir sur des points des cours, mais aussi faire travailler les élèves selon le calendrier des devoirs.
Un sondage va être envoyé aux familles afin d’étudier le nombre de personnes susceptibles d’être intéressées. Ce centre CNED n’aurait que peu d’incidence budgétaire sur l’établissement car il reste du volume horaire en Secondaire chez les professeurs et l’École est libre les après-midis. En matinée, la bibliothèque ou la salle informatique pourraient être utilisées.
Noël
Mme DUTHER pose la question de la date retenue pour la fête de Noël (15 décembre) et s’interroge sur l’investissement des élèves après cette date.
M. CHEFDOR rappelle que cette date a été retenue par le Comité des fêtes en raison du départ de nombreuses familles avant la date des vacances à cette période d’autant qu’initialement Noël et les 30 ans étaient à la même date. Il sera rappelé aux élèves que la semaine suivante devra être travaillée. En cas de manque d’ardeur au travail avant les périodes de vacances, des solutions existent comme les batteries de tests qui permettent de garder une mobilisation totale des élèves jusqu’à la veille des vacances.

La réunion se termine à 17h25.

Pièces jointes :
– Compte rendu conseil d’école du 14 novembre 2017
– Règlement intérieur modifié
– Calendrier de travail 2017-2018